Pour ça, il faudra que la mécanique et la concentration soient au rendez-vous, afin de garder la Toyota #7 à distance (1 tour en ce moment). Et l'Oreca Jota, troisième du classement, les rejoint dans la pit-lane. Si le prénom Kamui signifie "Dieu de la lumière" chez les Aïnus, on ne peut pas dire que le Japonais puisse cultiver l'espoir. Ainsi chaussée, la Joest-Porsche de Michele Alboreto, Stefan Johansson et Tom Kristensen avait vaincu les Porsche 911 GT1, Nissan R390... ? La Toyota #8 possède 10 secondes d'avance sur la voiture soeur. La Toyota #7 est à moins d'un tour... La Porsche Project 1 #89 d'Andreas Laskaratos rencontre une nouvelle tuile. Lever du soleil : 05h59 Le malheur des uns faisant parfois le bonheur des autres, l’Oreca #31 du Panis Racing (Canal, Jamin, Vaxivière) héritait du top 3 devant la Signatech-Alpine #36 de Laurent, Negrao et Ragues. Un Alex Lynn impeccable en deuxième partie de nuit à fait la différence. Daniel Serra cède le volant de la Ferrari #51 à James Calado. Sponsored. 24h du Mans. C'est reparti pour Kamui Kobayashi et la Toyota #7. Comptez une bonne demi-heure pour tout remettre en ordre. It was the first of 9 wins for Ferrari at the famous race. Laurens Vanthoor a repris la piste, perdant 1 tour dans l'affaire. Le Britannique est parvenu à créer un avantage de 2 minutes sur l'Aston Martin semi-officielle #98, actuellement pilotée par Ross Gunn. Charles Hollinger s'est écrasé contre les pneumatiques de la première chicane des Hunaudières. Dans les dernières secondes, Sébastien Buemi (Toyota #8) établit le meilleur chrono de la séance en 3:36.7. Profitons de l'accalmie pour signaler la belle prestation de la Ferrari 488 Evo de l'écurie Risi. Après un 360° complet, la Ferrari Iron Lynx #75 évite le mur. Alex Brundle et Felipe Albuquerque sont désormais séparés par 3 secondes seulement. Si Kobayashi reste au volant de la #7 qui occupe toujours la tête, Brendon Hartley à remplacé Sébastien Buemi et ses lunettes de nuit dans la #8. La #22 de Philip Hanson paraît désormais assurée de la victoire. J’aurais préféré la première marche du podium, mais je suis content avec ce résultat » - Bruno Senna. Kamui Kobayashi, José Maria Lopez et Mike Conway ont encore réalisé la course parfaite jusqu’à ce qu’une avarie de turbo ne repousse l’équipage à la 3. Fuel, tyres. Nous constatons aussi l'abandon de l'Oreca Dragonspeed #21 confiée à Memo Rojas, Thimothé Buret et Juan Pablo Montoya. https://t.co/LJOObKzgO4. L'Aurus G-Drive #26 de Jean-Eric Vergne se tient à 3 minutes du leader. Leader de la course, Mike Conway (Toyota #7) ravitaille à son tour après avoir vidé son réservoir de 35 litres en 10 tours. La Rebellion #3 est la première des LMP1 à effectuer un ravitaillement de routine. Les mécanos de Rebellion se sont bien activés et Gustavo Menezes a relayé le Brésilien en troisième position. Parallèlement, la Ferrari Red River #82 poursuit sa nuit de galère. La Ferrari verte évite le mur grâce à un beau moment de pilotage de Duncan Cameron. Notons sur nos tablettes la course sans reproche de l'équipe Panis Racing. Du nouveau au sujet du doyen de ces 88èmes 24h du Mans. Slow zone autour de la deuxième chicane des Hunaudières. Stabilité en LMP1, où la Toyota #8 continue à tourner régulièrement en 3:22 - 3:23 aux mains de Kazuki Nakajima. L’ACO précise que « les possesseurs de billets (grand public et membres ACO) seront contactés par le service billetterie pour confirmer leur avoir. Les 50 voitures les moins chères du marché... Voitures hybrides et hybrides rechargeables 2021 :... Suzuki S-Cross : faut-il encore l'acheter en 2021 ? @kevinestre out, @ChristensenMK in @FIAWEC @24hoursoflemans pic.twitter.com/af4LlKYhId. ?? pic.twitter.com/rj9ncguJdD. Les deux hommes sont séparés par 1.2 seconde. Mais il est talonné par l'Oreca - United #22 (Felipe Albuquerque) et l'Oreca - High Class #33 (Kenta Yamashita). Le duel fait rage en GTE Pro ! Les emm***, ça vole en escadrille disait Jacques Chirac. Mais les deux voitures se sont rarement quittées. L'Oreca #33 de l'équpe High Class s'arrête brièvement à Mulsanne dans son tour de sortie des stands. Richard Mille Racing Team n°50 + 6 tours 10. Les 24 Heures du Mans annulées et reprogrammées. Ils prendront très probablement le départ de l'épreuve à 14h30. Elle est actuellement au ralenti du côté du Pont Dunlop. Remarquez, on ne se lasse pas de ce duel, qui implique cette fois Daniel Serra (dans la berlinette italienne) et Harry Tincknell. Alors que le jour s’éclaircit au-dessus du circuit et de la ville du Mans, la Toyota #8 conserve la maîtrise de la course. 59 équipages sont engagés pour la 88e édition de la grande classique, septième manche du championnat du monde d’endurance 2020. L'écart tourne autour des 40 secondes entre l'Aston Martin #97 et la Ferrari #51, en pleine explication pour la victoire en GTE Pro. More than just a story, the brand Gulf is a point of reference for all passionate 24 Heures du Mans fans. SC is out. Paul di Reste (qui est à bord), Phil Hanson et Felipe Albuquerque comptent désormais 1:40 d'avance sur l'Oreca Jota #38, actuellement pilotée par Anthony Davidson. Brendon Harley a profité d'un arrêt rendu moins coûteux par la période de slow zone. Pire encore, son équipe cycliste a subi une grosse défaite aujourd'hui, avec la défaillance du maillot jaune Primoz Roglic, lors de l'avant dernière étape du Tour de France, un contre-la-montre à la Planche des Belles-Filles. Très beau tête à queue de Rino Mastronardi dans le bac à gravier de Maison Blanche, après un sous-cirage mal maîtrisé. Elle ressort 8ème, toujours avec Antonio-Félix Da Costa au volant. En GTE Pro, les quatre premiers se tiennent en 15 secondes, avec un léger avantage pour Ferrari sur Aston Martin. Pendant ce temps, on signale un léger brouillard à Arnage... Cette nuit va être loooooooonngue ! The car has completed 246 laps so far. GTE Am : Porsche #77 (Romain), Porsche #77 (Andy), Ferrari #61 (Guillaume) C'est parti pour le warm-up, un essaim de LMP2 s'élance en premier après avoir passé cinq minutes à la sortie des stands... Nicolas Lapierre, aux commandes de la #42 de l'équipe Cool Racing ouvre la piste. Le trio Davidson-Da Costa-Gonzalez devait toutefois se contenter du premier accessit après un ultime ravitaillement, sans quoi c’était la panne sèche avant le drapeau ! Ca bouge plus en LMP2 avec deux changements de leader… au sein de la même écurie. Le jour est bel et bien levé sur le tracé de la Sarthe. Cette catégorie est tout de même fascinante. Une légère bruine a humidifié la piste ce matin, mais un timide soleil se montre au-dessus des stands. Un résultat inespéré pour les hommes de Philippe Sinault, qui avaient connu des soucis mécaniques dès la première heure de course. Cela pourrait-il faire le jeu d'une certaine Toyota #7, quatrième à un petit tour ? Et voici quelques bonnes nouvelles : la ByKolles est repartie de son box, même si Oliver Webb se plaint toujours de soucis de boîte de vitesse. Et la tension est montée d'un cran en LMP1 ! Le vainqueur d'autres 24h prestigieuses, celles de Spa-Francorchamps en 2015, se relance à l'attaque de la 488 EVO aux mains de Pier Guidi. Matt Campbell (Porsche Dempsey #77), Nicklas Nielsen (Ferrari AF Corse #83) et Matteo Cairoli (Porsche Project 1 #56) se livrent une bataille de chiffoniers. Les Toyota TS50 Hybrid continuent de mener les débats en LMP1. #90 – Aston Martin Vantage (TF Sport) – Adam, Eastwood, Yoluc (27e). Encore un rebondissement en LMP2. Luigi Chinetti, teamed with Lord Selsdon, won the 1949 24 heures du Mans at the wheel of a Ferrari 166 MM “Barchetta”. “Si on ne commet pas d’erreurs, est-ce que la Toyota a quand même une chance de nous rattraper ?”, demande-t-il. Mais Kazuki Nakajima embarque tout de même ses équipiers sur la carrosserie de la Toyota #8 pour revenir aux stands sous les applaudissements des mécaniciens des autres équipes. #LeMans24 #WEC #24hUNITED pic.twitter.com/cbbhPmOPip. Voir l'arrivée ! Et c'est le doyen de l'épreuve, Dominique Bastien, qui vient de monter à bord de la 911 RSR à l'âge de 74 ans. En effet, le coup d’envoi du double tour d’horloge de la 88e édition sera effectif à 14h30, samedi 19 septembre. Sale journée pour l'un de ses trois pilotes, Fritz van Eerd : le patron des supermarchés néerlandais Jumbo voit ses 24 heures réduites à néant. Elle repart au 13e rang en LMP2. C’est un confort et une sécurité pour les pilotes et une garantie de spectacle assuré pour les spectateurs, le nombre de neutralisations dédiées aux sorties de bacs à graviers des voitures et au nettoyage de piste devrait réduire dans cette zone. Car la pluie annoncée en intermittence cette nuit doit se prolonger dans la matinée selon les prévisions. Louis Delétraz "embrasse" la pile de pneus, puis ramène la voiture aux stands. “Je vérifiais simplement tous les scénarios possibles dans ce virage, au cas où,” s’amuse-t-il sur les ondes de Radio Le Mans. A l’année prochaine... en direct, et espérons-le, en public. #LeMans24 pic.twitter.com/OJHuKgwK6J. Détour en images du côté de la Porsche #92, de passage par les stands. Jean-Eric Vergne était victime d’une rupture de suspension. La Toyota #7 (Kobayashi) l'imite quelques secondes plus tard. Comment s’assurer lorsque l’on a un malus ou une résiliation ? Au même moment, l'Aurus G-Drive #16, actuellement pilotée par Oliver Jarvis, est arrêtée sur le circuit. Pas de changements à prévoir, donc, au classement. La seconde Toyota #7 n'accuse qu'un tour de retard sur le duo, séparés par une poignée de secondes (3). Source : Time and date. Le "Dane train" (#95), actuellement pilotée par le pilote-gamer-viking Nicky Thiim vient de laisser passer la 488 de James Calado. Ce vendredi, la Toyota n°7, avec à son bord le Japonais Kamui Kobayashi, est arrivée en tête de l'Hyperpole et partira en pole position de la 88e édition des 24 heures du Mans. => 24h du Mans 2020 : la liste complète des engagés. Petite précision. Session length: 24 Hours. 00:02:03 'The mothership' - The ultimate view at 24 Hours of Le Mans. Lever du soleil : 07h43 Si la hiérarchie LMP1 est relativement figée, ça bouge dans les autres échelons du classement. ?PORSCHE #56 vs PORSCHE #77 vs FERRARI #83La batalla por los dos últimos lugares del podio en GTE Am está más viva que nunca!!pic.twitter.com/cMqoHRuM6b. Slow zone aux environs d'Arnage. Un "Manitou" est sur place pour faire le ménage. Vous ne devinerez jamais ce qui est en train de se passer. Toyota, double vainqueur en titre, continue d'imprimer sa marque avec la #7 de Mike Conway leader après neuf heures de course. Avec 6 victoires dans la Sarthe, le nom de Jacky Ickx reste associé aux 24 heures du Mans. Une Ferrari a perdu un élément de carbone de son fond plat... La Toyota #7 s'arrête à son emplacement habituel : le tout premier box de la ligne des stands, juste après la direction de course. En LMP2, on note la belle remontée de Kenta Yamashita au volant de l'Oreca High-Class #33. Elle est la conséquence de la persistance de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de coronavirus et l’incertitude quant à l’évolution de la situation en France au cours des prochains mois. La #8 conserve un tour d'avance sur la Rebellion #1. Les 911 RSR semble peiner en sortie de virage par rapport aux Ferrari et aux Aston Martin en GTE Pro. L'écurie Porsche a remporté pour la deuxième année consécutive les 24 Heures du Mans, dimanche 19 juin à 15 heures. Creative Commons "Sharealike" Other resources by this author. Les classements complets par catégorie. Pour l'instant, il ne s'agit que d'un tout petit crachin sur certaines sections du tracé... La grosse pluie est attendue plus tard dans la nuit. 4 victoires aux 24 heures du Mans A la suite de sa figure au freinage de la Dunlop, Duncan Cameron est au ralenti en bord de piste, les pneus de la Ferrari du Spirit of Race ayant durement souffert lors de ce tête-à-queue à grande vitesse. La #8 de Sébastien Buemi reprend la tête des 24 heures. Résultat des qualifications pour les 24 Heures du Mans 2018. Voici le premier quart de la course et la première intervention de la voiture de sécurité, provoquée par la sortie de route de la Ferrari AF Corse #52 d'Alexander West, engagée en GTE Am. Le départ donné samedi après-midi se retrouve à l’affiche de France 3 qui se chargera également de diffuser la fameuse « nuit mancelle », avec un direct ininterrompu de 0h15 à 11h45. #LeMans24 https://t.co/gNufWUHpWp. L'Oreca Jackie Chan #37 a regagné les stands. Les mécaniciens changent le capot moteur. La #32 s'arrête à son stand. L’équipe Signatech Alpine Elf termine les 24 Heures du Mans 2020 au pied du podium LMP2. #LEMANS24 18/06/2017 à 14h58. Tout droit de l'Oreca - Eurointernational #11 au S du Tertre. Une nouvelle fois, les trois LMP2 de tête s'arrêtent dans le même tour. Les 24 heures du Mans devaient avoir lieu le week-end du 13 et 14 juin mais en raison de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19, la mythique course d'endurance a été reportée au samedi 19 et dimanche 20 septembre. Kamui Kobayashi a ravitaillé... et il est reparti devant la voiture soeur de Brendon Harley. Charles Eastwood possède un tour d'avance sur la Porsche Gulf #86 de Benjamin Barker, à la course aussi discrète et efficace que la livrée. Safety car. En GTE Pro, l'Aston Martin #97 d'Alex Lynn a 1:30 d'avance sur la Ferrari AF Corse #51 de James Calado. It's ALIVE !!! La Porsche #88 de Adrien de Leener est arrêtée. Frustré, furieux, furibard, José Maria Lopez (Toyota #7) "claque" un 3:19, tout près du record du tour établi dès la 4e boucle par Bruno Senna (Rebellion #1). Crépuscule nautique ** : 21h10 En LMP2, la noria des leaders se poursuit... En GTE Pro, les Ferrari prennent légèrement le dessus sur des Aston Martin moins fringantes. Zigzags dans les Hunaudières, freinages à l'intérieur... C'est très très chaud entre les deux voitures, qui pointent à un tour et demi de l'Oreca United #22. A la faveur d'un arrêt "gratuit" offert par une zone de neutralisation, Brendon Harley a remis la #8 dans la course face à #7. This fast-paced casino 24 Heures Du Mans Slot Racing card game is easy to learn and fun to play online. “J’avais un peu de mal à suivre le rythme des Aston Martin, plus rapides. L'Oreca occupe toujours la deuxième marche de la "D2", à moins d'une boucle de la #22 United. Les Rebellion sont à 1:15 et 2:18. "Pechito" reprend la piste à 24 seconde de la voiture soeur, pilotée par Brendon Hartley. Crépuscule nautique (aube) ** : 06h35 Mais la propagation de la Covid-19 a contraint les organisateurs à repousser la classique à la fin du mois de septembre. Ca bataille toujours serré dans la “division 2” ! Gare au trafic ! Il devra passer par la voie des stands car il est entré par un chemin interdit dans la pit lane. TWO MINUTES!!!! Anders Fjordbach est aux commandes. La Toyota de tête est reculée dans son garage. Cette fois, la 911 RSR passe par le bac à gravier de la courbe Dunlop, puis repart à petite vitesse, avec une crevaison. Andreas Laskaratos est au volant. La bagarre a duré jusqu'au dernier tour en GTE Am. Heureusement, on n’a pas perdu trop de temps, mais c’était avant le coup dur de la colonne de direction. Sebastian Buemi relaye Kamui Kobayashi au volant de la Toyota #8 du Gazoo Racing. #98 – Aston Martin Vantage (Aston Martin) – Dalla Lana, Farfus, Gunn (30e). 24 Heures du Mans - Le Mans - for many the world's greatest motor race and an annual pilgrimage for sportscar fans the world over - a dedicated forum for the annual event. Au même moment, Jean-Eric Vergne (Aurus G-Drive #26) et Alex Brundle (Oreca United #32) se livrent une bagarre de chiffonniers pour la tête en LMP2. Pas de dégats massifs pour Alexander West, mais l'engin est très mal placé dans le gauche suivant le virage Porsche. 24 Heures du Mans – LMP2 1. Jusqu'ici, les trois hommes ont effectué un sans-faute. Pas certain. La Toyota N.8 menait toujours la course des 24 heures du Mans à trois heures de l'arrivée, devant les deux Rebellion et la deuxième Toyota. Le warm-up, ultime séance de réglage et de vérification avant le départ des 24 heures, aura lieu de 10h30 à 10h45. Bien. Puis j’ai souffert d’une crevaison dans les virages Porsche. Pendant ce temps, Andy David, sorti prendre l'air en piste, nous informe d'une buée très visible sur les pare-brises des voitures. Le premier cité permet de visualiser la course en clair, à hauteur des deux-tiers de l’épreuve. Championnat oblige (avec une manche restante à Bahreïn), Rebellion a calmé les ardeurs de Dumas et Menezes : on garde les positions ! Sebastien Buemi est aux mains de l'Hybride japonaise. Vu l'écart faible en tête, la Ferrari #51 AF Corse reprend la tête de la classe. Trois voitures dans la même image. L'Aston Martin #97 vient de reprendre la tête suite au ravitaillement de la Ferrari #51 d'AF Corse. Elle n'est pas la seule à se faire une frayeur : Jeffrey Segal est allé tâter du hors-piste dans la descente de Dunlop avec la Ferrari #63 WeatherTech Racing. La Toyota #8 remporte pour la troisième fois consécutive les 24 heures du Mans. Beitske Visser est actuellement au volant de l'Oreca Richard Mille #50. #90 – Aston Martin Vantage (TF Sport) – Adam, Eastwood, Yoluc (26e). @RacingTeamNL @RaceWeatherTech #WEC #LeMans24 pic.twitter.com/4TkBwXdmvD. Pendant ce temps, la Ferrari #60 de Claudio Schiavoni a fait une pirouette dans l'entrée de la pit-lane. Davide Rigon est chargé d'assurer la suite. Fred Makowicki vient de rentrer aux stands pour la même raison que l'autre 911 RSR usine : une panne de direction assistée. Pendant ce temps, la voiture de tête ravitaille. Pas l'idéal quand on se bat pour un podium en LMP2 ! 92. Aston est en bonne posture pour l'emporter en GTE Pro. Le souci qui a immobilisé la Toyota #8 pendant une dizaine de minutes en début de soirée était une surchauffe du frein avant droit. Il a près d'une minute d'avance sur son équipier Sébastien Buemi (Toyota #8). Nicky Thiim (Aston Martin #95) rate son point de freinage à Mulsanne... il tire tout droit et se rattrape en faisant un tour de rond point. Les Toyota comptent désormais près de 3 minutes d'avance sur la première Rebellion (la #1 de Gustavo Menezes). Inscrivez-vous à la newsletter Auto Moto et recevez gratuitement votre guide conseil sur les occasions électriques ! Recordman du circuit en 2017, Kamui Kobayashi (Ts050 #7) a signé le meilleur chrono du jour en 3:17.089, devançant de 0.2s son équipier Kazuki Nakajima (TS050 #8). Appelé à la dernière heure, Patrick Pilet est au volant de la #17 pour sa première course en prototype. Cela fait 7 minutes que les mécanos travaillent à l'avant. Vous devez allumer vos feux arrière". Edouardo Freitas rappelle à l'ordre les voitures n'ayant pas leur phare arrière allumé. Le double-tour d’horloge le plus célèbre de la planète sport auto a pris fin ce dimanche 20 septembre sur la victoire au général de la Toyota TS050 Hybrid de l’équipage Buemi-Nakajima-Hartley. La terrible bagarre en LMP2, avec une course à l’ancienne, constellée d’incidents et de pannes. Blackjack. Drapeau noir et blanc adressé au pilote de la Porsche #57 aux couleurs de Project 1. Hugues De Chaunac, fondateur et patron d'ORECA, suivra tout ça de très près depuis les boxes. Le retard s'élève désormais à 2 tours pour les Bleus. La voiture est désossée et les mécaniciens travaillent sur le train avant. Les deux voitures sont reparties avec 2 tours de retard. Attention, la Toyota #8 est dans le garage ! », A destination de ses fans, forcément déçus de ne pas pouvoir se déplacer dans la Sarthe cette année, l’Automobile Club de l’Ouest annonce qu’elle « leur proposera un dispositif exceptionnel pour suivre la course, à distance, avec notamment une plateforme digitale pour découvrir les coulisses des 24 Heures du Mans. ", s’exclame-t-il sur les ondes de Radio Le Mans. Le Japonais Takeshi Kimura a planté la belle jaune écarlate dans le bac à gravier au Dunlop ! Voilà un moment décisif. Le circuit est si rapide, avec 30 LMP qui roulent comme des fusées autour de vous ! Celebrating the good old days but with its sights firmly set on the future, the Peugeot 908 (with Carlos Tavares at the wheel) has set off for a lap of the circuit. Et il nous annonce immédiatement que la Ferrari #75 de l'équipe Iron Lynx est dans son garage, où elle produit une fumée blanche plutôt suspecte. Et voici la Toyota #8 en tête des 24 heures du Mans, après l'arrêt de la #7, qui est toujours immobilisée dans son garage. Classements des 24h du mans, temps des essais, grille de départ et arrivée Après une fin de course inattendue, la Toyota n° 8 remporte les 24 Heures du Mans pour la deuxième année d’affilée. Vu que la pluie n'a (jusqu'ici) pas fait des siennes dans cette 88ème édition, certains observateurs amateurs de statistiques ont envisagé que le record pouvait peut-être tomber. En effet, en 2020, la classique sarthoise se tiendra sans public. Au même moment, la Ferrai Red River #62 rentre aux stands avec des trous sur le flanc gauche. Pendant ce temps, nous constatons que le soleil descend très vite... Nos habitudes de solstice sont bien bousculées. Dans ce cas-ci, il s'agit d'un refueling de routine et Filipe Albuquerque se relance en piste sans perdre la tête de peloton en LMP2 (5ème général). Déjà huit heures de bouclées dans ces 88èmes 24h du Mans ! L'engin a déjà connu une sérieuse sortie de route cette nuit, après un accrochage avec une Ferrari... Nyck de Vries était alors au volant. La #7 semble cependant plus en verve que sa voiture soeur, tandis que les Rebellion limitent l'écart à 2-3 secondes au tour. L'éternelle malchance de la #7 frappe à nouveau. SEE THE PRODUCT. Will Owen (United #32), Paul di Resta (United #22) restent au volant. Après quelques passages par les stands, on fait le point sur le haut du classement, à moins de six heures du drapeau à damier. Mais la #22 opte pour un "stop" sans changement de pneus. Et Alex Lynn, au volant de la Vantage, est le héros de la nuit. Mentions spéciales pour Gustavo Menezes, auteur d’un 3:15 en qualifications et Bruno Senna, qui a résisté aux Toyota dans son premier relais. Crépuscule nautique (aube)** : 04h20 Côté GTE Pro et GTE Am, les Aston Martin ont clairement pris le dessus sur les Ferrari 488 GTE et Porsche 911 RSR pendant la session chronométrée. En GTE Pro, c’est encore tendu entre l’Aston Martin #97 d’Alex Lynn et la Ferrari #51 de James Calado. Matthieu Vaxivière (Oreca Panis #31) se défend de manière rugueuse face au jeune Mikkel Jensen (Aurus G-Drive #26). Nous n'assisterons malheureusement pas aux classiques scènes de communion entre le public et les concurrents. La Toyota #7 s'arrête devant le box Gazoo Racing. Bibendum va être déçu... La ByKolles, puis les deux Rebellion repassent par leur box. La course est neutralisée. Mais la marque anglaise a pris un sale coup en GTE Am : la #98 est arrêtée dans son box depuis une dizaine de minutes pour réparer sa suspension. Notamment en GTE Pro où deux Porsche 911 RSR « usine » affronteront deux Aston Martin Vantage et quatre Ferrari 488 GTE. Et évidemment, l’évènement de la dernière heure, ce sont les déboires de la Toyota #7. Crépuscule nautique** : 23h38 Pas de solw zone non plus. La Vantage prend donc la tête de la catégorie GTE Pro. Reste à trancher entre les deux TS050. La ByKolles est revenue à son box dans un très sale état. Et la #32 de Job van Uitert vient de reprendre le dessus sur la #22 de Felipe Albuquerque. Ca pourrait chauffer pour la Toyota #7. Pour l'heure, Daniel Serra (Ferrari AF Corse #51) possède un avantage de 4 secondes sur Harry Tincknell (Aston Martin #97). Le jour s'est levé sur le circuit des 24 Heures du Mans et ce sont toujours les 2 Toyota qui mènent la danse. Ca fume pas mal à l'avant droit. Visiblement, on ne s'inquiète pas chez Gazoo Racing. Les trois équipages figurant sur le podium du classement général vont désormais s'exprimer lors d'une conférence de presse virtuelle. Deuxième en LMP2, l'Oreca jaune et bleu, aux mains dans ce relais de Roberto Gonzalez, évite de peu la Ferrari Hub Auto Racing #72 qui évoluait au ralenti. Cafouillage au pit stop pour la @RebellionRacing #1 ainsi que pour la #3 qui rentre au stand !! Il est 23h30 sur le Circuit du Mans, l'occasion d'un nouveau point sur les classements. La TS050 est arrêtée depuis 20 minutes dans son garage. Les aventures de la Porsche Dempsey-Proton #88 se poursuivent. Il n'y avait pas assez d'essence dans le réservoir de l'Oreca Jota #38. L'Aurus G-Drive #16 continue à subir bien des malheurs. Les protagonistes aux stands. L'équipage composé de Salih Yoluc, Johnny Adam et Charlie Eastwood occupe toujours la tête de la hiérarchie en GTE Am. En LMP2, on y voit un poil plus clair après les deuxième cycle de ravitaillements. Phil Hanson (Oreca United #22) rentre aux stands pour un complément d'essence. Dans le même intervalle, Mike Conway boucle le 2e tour de course en 3:20.1. 24 Heures du Mans Table. Voilà le Suisse prévenu. Rappelons que le brouillard n'est pas loin ! Partagez cet article : Facebook Twitter Linkedin Reddit Tumblr Google+ Pinterest Vk Email. La direction de course établit une slow zone. Arrêt de routine pour l'Alpine-Signatech #36. En LMP2, l'Oreca-United #22 conserve la première place, même si Felipe Albuquerque est harcelé par l'Oreca-Nederland #29 de Guido Van der Garde. Curieux. Hier soir, on a eu une crevaison, des soucis de freins et nous avons perdu deux tours. La direction de course indique que les voitures de sécurité vont rentrer à leur emplacement à la fin de ce tour. Sébastien Buemi est revenu à 3 secondes, mais il devra s'arrêter à son tour dans quelques tours. #LeMans24 #24hUnited pic.twitter.com/u2L4A4S42s. Nouvel échange de position en tête, puisque la Toyota #8 a stoppé pour un service complet (essence, pneus, changement de pilote).